domenica 19 febbraio 2012

Entrer en Carême avec St. François de Sales



« Il vaut mieux pencher du côté de la charité que de l’austérité [1] »

Saint François constate que le jeûne, bienfaisant au corps et à l’esprit, n’a que des effets bénéfiques pour la vie spirituelle. « Le jeûne fortifie l’esprit, mortifie la chair et la sensualité, élève l’âme vers Dieu, rabaisse la concupiscence, donne la force de vaincre et d’éteindre ses passions ; enfin, il dispose le cœur à ne chercher que ce qu’il plaît à Dieu [2] ». Le jeûne doit être pratiqué de bon cœur, sans vanité ni hypocrisie et en se plaçant sous le regard de Dieu pour accomplir sa volonté [3]. Le saint évêque de Genève, qui désirait que la pratique du jeûne soit libre, sincère et humble rappelle que le jeûne ne doit pas s’appliquer à l’estomac seul, mais aussi à tous les autres sens. N’est-il pas hypocrite de priver notre estomac alors que notre langue continue à s’agiter sans frein ni contrôle? « Préparez-vous à jeûner avec charité car si votre jeûne est pratiqué sans charité, il est vain et inutile, et n’est point agréé par Dieu [4] ».
Chez François de Sales prévaut toujours l’équilibre et le bon sens. Il n’autorise pas que l’on jeûne contre l’avis du médecin [5] ; il demande aussi que l’on sache remplacer le jeûne par une autre pénitence, lorsque les circonstances ne s’y prêtent pas. Un jour, alors qu’un prélat était en visite chez François de Sales à Annecy, ce dernier alla prévenir son hôte que le souper était prêt. « Souper, répondit le prélat, je ne souperai pas aujourd’hui, car le moins que l’on puisse faire, c’est de jeûner une fois par semaine ! » François, aussitôt, lui fit porter une collation [6] et alla souper avec ses aumôniers. « Voyez-vous, leur dit-il, il ne faut pas être attaché à ses pratiques, même les plus pieuses, au point de ne pas savoir les interrompre quelques fois : autrement, sous prétexte de fidélité, il s’y glisse un subtil amour propre. Le jeûne, lorsque les circonstances le permettent, peut être renvoyé à un autre jour ; on peut aussi le remplacer par la condescendance, qui est fille de la charité, et qui doit lui être préférée [7] ».
Saint François recommande le discernement dans la pénitence. Celui qui a un travail pénible ne doit pas épuiser ses forces : « Le jeûne et le travail, pratiqués conjointement, brisent et abattent le corps. Si le travail que vous faites vous est nécessaire, ou s’il est pour la gloire de Dieu, je préfère que vous souffriez de la peine du travail, plutôt que de celle du jeûne. C’est d’ailleurs le sentiment de l’Église : pour les travaux qui sont au service de Dieu ou du prochain, elle dispense même du jeûne prescrit. L’un a de la peine à jeûner ; l’autre à servir les malades, à visiter les prisonniers, à confesser, à prêcher. Cette peine-ci vaut mieux que celle-là car, outre le fait qu’elle maîtrise aussi le corps, elle porte de bien meilleurs fruits. En règle générale, il est préférable de garder un peu plus de forces physiques qu’il n’est nécessaire, que d’en ruiner plus qu’il ne faut. Car on pourra toujours en perdre ; on ne pourra pas toujours en retrouver [8] ». Saint François est sage. Il ne propose pas le jeûne pour le jeûne, mais un jeûne bien “nourri” de l’amour de Dieu !


Père Gilles







[1] Entretiens, in Œuvres complètes VI, 308.
[2] Sermon pour le mercredi des Cendres (№ LIV), in Œ X, 182.
[3] Idem, 182, ss.
[4] Idem, 185.
[5] Lettre à C. de Crépy (CCLXXXI) in Œ XIII, 36.
[6] La collation est un repas très léger qui ne supprime pas le jeune mais en atténue les rigueurs.
[7] Déposition au procès de béatification de Jeanne de Chantal, art. 28, p. 76.
[8] Introduction à la vie dévote, Œ III, 218-219.

lunedì 13 febbraio 2012

Novità in lingua polacca / Nouveauté en langue polonaise

En Italie, guérisons "miraculeuses" avec l’eau de Lourdes : 39 malfaiteurs dénoncés et 500 victimes …




39 personnes ont profité de la vulnérabilité de patients, dont certains étaient porteurs de maladies graves, en leur promettant des thérapies "miraculeuses" préparées avec de l’eau de Lourdes et d’autres sanctuaires. Une biologiste âgée de 71 ans et 28 de ses collaborateurs, dénoncés aux carabiniers d’Ancône, de Milano, Venise et Bari, ont été accusés d’une série d’infractions : association de malfaiteurs, escroqueries, lésions et exercice illégal de la médecine.
La Procure de la République a lancé l’opération "Acque bianche" (Eaux blanches) et a ordonné des perquisitions et séquestrations de matériel à l’encontre de quatre ce ces personnes. Le cabinet de la biologiste, qui est au centre de l’enquête judiciaire, avait des ramifications dans divers villes d’Italie. En tout, quatre cabinets "médicaux" et un laboratoire, où étaient préparés les flacons "miraculeux", ont été mis sous séquestre. En outre les carabiniers confisquèrent quatre mille de flacons d’eau, un ordinateur et divers documents. La valeur immobilière des locaux s’élève à trois millions d’Euros.
Ces escrocs, non seulement exerçaient illégalement la médecine, mais allèrent jusqu’à convaincre des malades d’abandonner la médecine officielle pour se confier à leurs soins. Promettant la guérison, ils faisaient payer leur nouvelle thérapie, préparée avec de d’eau provenant de plusieurs sanctuaires mariaux.
Sur internet ces escrocs se présentaient comme des scientifiques, qualifiés en biologie et physique, qui avaient mis au point une technique pour "réharmoniser la matière" et "réhabiliter et stabiliser notre relation à Dieu et aux anges" grâce aux éléments bénéfiques de l’eau "bénite". En mélangeant religion, superstition e astrologie, ces individus peu scrupuleux recrutaient parmi les malades des adeptes de cette nouvelle médecine, en leur proposant de suivre des cours payants.
Approximativement, on estime à 500 le nombre de ceux qui ont eu recours aux « Eaux à la lumière blanche », traitement mis au point par la biologiste et ses complices. Les victimes, provenant de toute l’Italie et de toutes les couches sociales, payaient 100 Euro, 200 Euros et plus pour un flacon d’eau. Certains malades, souffrant de cancer et d’autres pathologies graves, venaient de loin pour se faire visiter par la biologiste et ses associés.

On devrait inventer un médicament contre la bêtise et la connerie, remboursable par la Sécu, pour en faire profiter le plus grand nombre possible !

Sources : Buonanotizia.org  et Il giornale 03/02/2012 p. 16.


Guarigioni "miracolose" con l'acqua
 di Lourdes: 39 denunciati, truffati in 500

Approfittavano della disperazione di pazienti affetti da patologie gravi promettendo cure mediche "miracolose" a base di acque dei santuari di Lourdes e Fatima. Una biologa e altre 38 persone sono state denunciate dai carabinieri del Nas ad Ancona, Milano, Venezia e Bari per associazione per delinquere, truffa, lesioni, esercizio abusivo della professione. L'operazione, in codice "Acque bianche", è stata coordinata dalla procura della Repubblica di Ancona, che ha emesso provvedimenti di perquisizione e sequestro a carico di quattro persone. Al centro del raggiro, lo studio che la biologa aveva aperto nel capoluogo marchigiano, con referenti in varie città d'Italia. Esercitando abusivamente la professione medica, gli indagati assicuravano dietro compenso la "guarigione" dei malati, spesso spingendoli ad abbandonare le terapie tradizionali per affidarsi alle acque delle fonti dei due principali santuari mariani, e di quelli di Medjugorie, San Damiano, Montichiari. Con pubblicità on line e un fitto passaparola, il gruppo si presentava come un team qualificato di biologi e fisici che aveva messo a punto una tecnica innovativa per "riarmonizzare la materia" attraverso le presunte "frequenze" sprigionate dalle acque "benedette". Mescolando religione, superstizione e astrologia, i terapeuti approfittavano dello stato di prostrazione dei malati per reclutarli attraverso dei corsi a pagamento come "adepti" della nuova medicina. L'accusa ipotizza anche il reato di immissione in commercio di sostanze vantanti proprietà terapeutiche ma senza autorizzazione ministeriale. Fra Ancona, Milano, Venezia a Bari sono stati posti sotto sequestro quattro locali adibiti a studi medici e un laboratorio in cui venivano preparati i flaconi con le "medicine". Il valore degli immobili è di circa 3 milioni di euro. Sequestrati anche 4 mila flaconi e fiale di acque, un pc, e varia documentazione. Sono circa 500 i pazienti, di tutte le regioni d'Italia, che si sono rivolti alle 'terapie' con le acque a Luce biancà messe a punto dalla biologa e dai suoi 38 collaboratori, denunciati dal Nas di Ancona per esercizio abusivo della professione media, associazione per delinquere finalizzata alla truffa e lesioni. Persone di ogni fascia d'età e classe sociale, in alcuni casi anche molto facoltose, che pagavano dai 100 ai 200 euro e oltre per dei flaconcini con acque asseritamente provenienti dai santuari mariani di Lourdes, Fatima, Medjugorje. Fra i malati, anche persone affette da cancro o altre gravi malattie, disposte a lunghi viaggi per farsi visitare negli 'studi' della biologa e dei suoi collaboratori.

Fonti: leggo in Buonanotizia.org

Il giornale 03/02/2012 p. 16.

venerdì 3 febbraio 2012

François Hollande fête la Chandeleur


La récession économique est passée par là : faute de crêpes aux bons œufs frais, il a bien fallu se contenter de farine… Mr. Hollande s’est donc fait « rouler dans la farine » par une femme qui assistait à son discours sur le mal-logement à Paris.
On regrette bien le temps où les entartrages d’hommes politiques se faisaient avec de gros gâteaux à la crème hypercalorique. Nicolas Sarkozy, Jean-Pierre Chevènement, Ségolène Royal et Bayrou s’en souviennent encore… N’imitez surtout pas ce genre de comportement…

video 



   
Est-ce une façon de blanchir son image en ce début de campagne?